Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

code-vestimentaire

code-vestimentaire

Soyez à la mode grâce à nos conseils mode pour femmes et hommes


« Code vestimentaire à l’école », une loi déplacée

Publié par Code-vestimentaire sur 20 Avril 2015, 16:53pm

Catégories : #Le dressing mixte

Le phénomène se propage comme une tache d’huile à travers de nombreuses écoles : pas de tenue trop sexy, pas de short, ni de mini-jupe… quelques fois pas de maquillage, pas de talons hauts… dernièrement c’était l’école de Ploudalmézeau d’Atlantico qui a rejoint la valse.

L’école se substitue aux parents

Les parents, en voilà un terme assez courant est pourtant devenu ambigu ces derniers temps. Le rôle des parents : veiller à ce que les enfants ne manquent de rien, leur donner conseil dans la vie de tous les jours, se charger de nourrir, de vêtir, de prendre soin de ses progénitures… les écoles de leurs côtés a pour rôle d’enseigner et de partager des connaissances… Autant dire que la complémentarité entre les deux se trouve juste là où l’enseignement prend sa part. Mais les écoles sont effrayées par la tenue un peu sexy et fashion. Et la raison est qu’elles ont peur que les étudiants s’adonnent à des relations prématurées ou qu’ils séduisent leurs enseignants avec leur short trop court…

Difficile de vivre dans une société corrompue

L’environnement dans lequel baignent notre société et la mode de vie que prennent les grandes villes n’épargne personne. On vit déjà dans une société où le sexe fait partie du quotidien. Faire du sexe et s’habiller en sexy c’est différent. À l’école même si on s’habiller avec des vêtements ultralégers, c’est juste pour le plaisir de soi-même. Si les enfants avaient voulu avoir une relation intime, ils n’auraient pas besoin de se vêtir ainsi. D’ailleurs, ce n’est pas l’habile qui fait l’envie, c’est psychologique. La façon de s’habiller reste le dernier facteur qui entre en jeu quand il s’agir d’une relation à deux. D’où les écoles ne comprennent-elles pas cette réalité ?

Pourquoi tuer la créativité

La jeunesse est l’âge d’or, l’âge de la découverte, l’âge de l’essayage… À cet âge, les enfants sont inconscients de ce qu’ils ont besoin de faire. Leur tenue fait partie de leur expérience. Tous les jours, ils créent, ils essayent de trouver quoi mettre pour tout simplement se mettre en valeur et avoir plus d’assurance en eux. Si l’école : l’endroit où ils vont passer presque la moitié de leur vie, leurs empêchent voire même asphyxies leurs créativités, que restera t’il d’eux ? Sans doute que c’est dans ces étudiants qu’il y aura le futur créateur des grandes marques de mode, mais si la loi persiste ils n’auraient jamais le temps de matérialiser leur rêve… comme dirait l’autre, faut-il enlever son maquillage pour mieux lie Molière ?

Pas de maquillage, pas d’âge d’innocence

Le fait de se maquiller ou de porter un talon vient du fait que les enfants copient les adultes. Leurs styles et leurs comportements sont les reflets de ce que font les grandes personnes. Leurs privés de cette expérience, c’est tout simplement leur corrompre au plus haut niveau, celui de la conviction personnelle. À cet âge, les étudiants s’habiller comme bon leur semble, ils n’ont pas l’envie de provoquer qui que ce soit, ils ont juste envie de se faire beaux avec un peu de maquillage. Leur leitmotiv c’est de tester pour mieux apprendre. Le problème ne vient pas des étudiants, il vient de la capacité de chacun à accepter les autres comme il se doit.

L’école joue un rôle imposant dans la vie, mais si delà, à priver certains besoins humains, alors là, on ne crée pas un citoyen producteur, on crée juste un soldat qui obéit et ne prend aucune initiative. Ce besoin d’imposer trop de lois signifie tout simplement que nous essayons de résoudre un problème planétaire en un cout de baguette magique, mais à quel prix ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !